Les festivités marquant les 20 années de règne du Roi Mohamed VI du Maroc ont lieu le 30 juillet de chaque année. Pour cette année à Abidjan, C’est au Sofitel hôtel Ivoire que s’est tenue cette commémoration du trône, sous la présidence de son excellence Abdelmalek Kettani, Ambassadeur du Royaume du Maroc en Côte d’Ivoire.

Parmi les illustres invités, l’on pouvait noter la présence de Daniel Kablan Duncan, Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire, et plusieurs membres du gouvernement ivoirien à savoir Sidiki Konaté, ministre de l’Artisanat, Paulin Claude Danho, le ministre des Sports, Raymonde Goudou Coffie, la ministre de la Modernisation de l’Administration publique et Maurice Bandaman, ministre de la Culture.

L’on notait également la présence d’une vingtaine d’ambassadeurs de pays représentés en Côte d’Ivoire, ainsi que des personnalités marocaines et ivoiriennes parmi lesquelles des hommes d’affaires, des promoteurs et chefs d’entreprise, des représentants d’institutions ainsi que des rois et chefs traditionnels.

Dans une ambiance des milles et une nuit, la cérémonie a été l’occasion de rendre un hommage au Roi Mohammed VI pour ses actions menées depuis son accession au trône.

L’interprétation magistrale des hymnes du Maroc et de la Côte d’Ivoire par les étudiants de l’INSAAC, a marqué le début de la soirée. S’en est suivi un film institutionnel retraçant les différents projets réalisés par le roi sous son règne. Le film a surtout révélé la détermination d’un royaume qui se veut moderne et développé bénéfique pour tous.

Dans son discours du 29 juillet, retransmis à la télévision et à la radio nationales, depuis son palais de Tétouan, le souverain chérifien admet qu’il y a encore des efforts à fournir dans des domaines tels que l’éducation et les questions d’inégalités sociales. Il a promis faire de la question sociale son cheval de bataille. Le roi promet également « une étape nouvelle » pour réduire les disparités dans son royaume et annonce un remaniement gouvernemental à l’horizon de la rentrée prochaine pour apporter du « sang neuf ».

Dans son allocution, Son Excellence Abdemalek Kettani, après avoir remercié tous ses invités, a expliqué le sens de cette fête du trône pour les marocains. Il a ensuite développé l’importance attachée à cette célébration qui marque le travail abattu par le souverain et son engagement pour le développement du Maroc, dans le but d’en faire une porte d’ouverture et d’opportunités pour les pays frères et où il fait bon vivre.

Le diplomate marocain n’a pas manqué d’exprimer sa joie quant à la bonne collaboration et la coopération fraternelle qui existe entre son pays et la Côte d’Ivoire. Il a annoncé, par la même occasion, qu’au nom de cette belle amitié, les forces Marocaines seraient aux côtés des forces spéciales Ivoiriennes pour le défilé de l’indépendance, le 7 août 2019.

Un orchestre traditionnel marocain et les étudiants de l’INSAAC ont égayé les convives, qui se régalaient avec les délicieux mets d’origine marocaine concoctés pour l’occasion, sur des airs musicaux des deux pays.

Pour rappel, sous le règne du Roi Mohammed VI, le Maroc s’avère être l’un des pays du Maghreb les plus stables au plan économique, culturel et sur le plan du développement.

Sa réintégration au sein de l’Union Africaine (UA) le 30 janvier 2017, ainsi que l’accord de principe de son adhésion à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), lors du 51ème Sommet de l’institution tenu à Monrovia, les 5 et 6 juin 2017, ont marqué une belle évolution au plan politique et diplomatique.

Il est aussi important de rappeler que le Maroc a conduit de grands projets sur le sol ivoirien tels que le point de débarquement aménagé de pêche Mohamed VI à Locodjro, le Complexe multisectoriel Mohamed VI de Yopougon Siporex, sans oublier le projet d’aménagement et de valorisation de la baie de Cocody, en cours d’achèvement.

Crédit photo : Marc Atigan

Comments

comments

A propos de l'auteur

Bénédicte Kouakou ou encore « Ahou LAfricaine », est une jeune fille simple, extravertie qui ne sait pas garder sa langue dans sa poche et qui est avant tout diplômé et qui a obtenu une maîtrise en droit judiciaire à l’Université Catholique de L’Afrique de l’Ouest (UCAO). Ahou défend les droits des femmes, car il lui est difficile de cautionner l’injustice faite aux femmes. Pour elle, militer pour la cause des femmes est essentielle, car naître un 08 mars n’est pas anodin. C’est un signe. Ahou est également passionné de musique et de mode.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.