Le vendredi 26 juillet 2019, l’Autorité nationale de la presse ivoirienne (ANP), a organisé une double cérémonie à l’hôtel Azalaï, à Marcory. Cette soirée a été l’occasion pour l’institution de dévoiler la nouvelle dénomination du Prix d’Excellence ANP et d’hommage aux partenaires de la presse de Côte d’Ivoire.

C’est en présence du représentant du ministre de la communication, Claude Isaac Dé, de certaines autorités administratives comme le ministre Jean Louis Billon, des partenaires de la presse et professionnels des médias, que la cérémonie a débuté par l’allocution de la représentante du premier magistrat de la commune de Marcory, Mme Boete. Elle a remercié les organisateurs d’avoir choisi sa commune pour le lancement de ce prestigieux prix.

À sa suite, Raphaël Lakpé, président de l’ANP, a dévoilé la nouvelle appellation du Prix : « Grand Prix de la Presse de Côte d’Ivoire ». ll était jusqu’alors dénommé « Prix CNP ».

Outre le changement de nom, l’édition 2020 du prix comporte quelques innovations. En effet, en plus des entreprises de la presse imprimée, la presse numérique sera prise en compte. Ce qui fera quatre lauréats à récompenser : le 1er prix récompensant l’entreprise de presse qui édite l’œuvre ou les meilleurs titres d’information générale ; le 2e prix récompense qui édite l’œuvre ou les meilleurs titres d’informations spécialisées ; le 3e prix pour l’organe de presse qui édite l’œuvre ou les meilleures productions numériques, et le 4e prix récompensant l’entreprise de presse qui édite l’œuvre ou les meilleures productions d’informations numériques spécialisées.

Au niveau des critères de sélection, on note, entre autres, que les organes doivent être légalement constitués, avoir deux ans de publication au moins, remplir les obligations sociales ordinaires vis-à-vis des travailleurs comme le paiement régulier des salaires à la convention collective, la déclaration des journalistes à la CNPS, faire le dépôt des états financiers et afficher des productions d’articles de grands genres journalistiques.

Claude Isaac Dé, ministre ivoirien de l’Économie numérique et de la Poste, représentant le ministre de la Communication et des Médias, Sidi Tiémoko Touré, parrain de la cérémonie, a félicité l’ANP pour ces différentes initiatives pour ces distinctions et a « encouragé les entreprises de presse à relever le défi de ce prix et à donner le meilleur d’elles-mêmes afin de rehausser l’image et le travail du journaliste Ivoirien. »

Cette soirée a été l’occasion pour l’Autorité nationale de la presse ivoirienne d’honorer le soutien de tous ses partenaires, personnalités et structures pour leur soutien indéfectible à la presse de Côte d’Ivoire.

Depuis sa première édition, chaque année, le défi que s’est lancé le régulateur de la presse ivoirienne est d’organiser un prix qui prône les valeurs d’éthique, de déontologie de journalisme et les valeurs managériales des secteurs des entreprises de presse. À cet effet, le régulateur a mis en place un monitoring aux fins de veiller au respect des règles liées au métier de la presse et à la déontologie.

Crédit photo : Zapping médias

Comments

comments

A propos de l'auteur

Bénédicte Kouakou ou encore « Ahou LAfricaine », est une jeune fille simple, extravertie qui ne sait pas garder sa langue dans sa poche et qui est avant tout diplômé et qui a obtenu une maîtrise en droit judiciaire à l’Université Catholique de L’Afrique de l’Ouest (UCAO). Ahou défend les droits des femmes, car il lui est difficile de cautionner l’injustice faite aux femmes. Pour elle, militer pour la cause des femmes est essentielle, car naître un 08 mars n’est pas anodin. C’est un signe. Ahou est également passionné de musique et de mode.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.