Les histoires de cœur, comme j’aime bien le dire, ne se passent pas toujours comme on le souhaite. Malgré les échecs cuisants des relations passées, on est toujours prête à essayer et réessayer jusqu’à ce qu’on tombe sur notre roi soleil.

Quand on est célibataire, on a tendance à se « saper » et se rendre dans des coins branchés. Histoire de se changer les idées et dans l’espoir d’avoir le remplaçant de celui qui a osé jouer avec nos sentiments.

Passements de jambes

Dans ça, te voilà un bon jour, dans un bar cool, genre Hollywood Boulevard. Tu remarques, à quelques mètres de toi, un beau jeune homme. Elégant, grand, joli teint, frais… Tu commences à bien te placer dans ton fauteuil pour que le gars te regarde aussi. Surtout que tu as mis une mini-jupe. Tu te tournes dans fauteuil là oh, ça ne finit pas.

Par chance, le gars vient s’asseoir à coté de toi. Dans ton cœur, tu pries « Eeeh Dieu, fasse qu’il prenne mon numéro oh ». Viennent ensuite les spéculations les plus folles. Une idée de future relation nait. Tout  ça, en quelques fractions de secondes. Et le gars te demande ton numéro, car tu l’as bien ambiancé. Tu es toute heureuse comme une petite fille dans un magasin de poupées.

Dans la surface de réparation

Le deuxième rencart arrive très vite. Tu mets tout en œuvre pour « l’opération séduction ». Robe super moulante (si le tissu pouvait parler, il le ferait), rouge à lèvres rouge version femme fatale. On va jusqu’à prévoir des lingeries sexy, car on ne sait jamais.

Tout se passe super bien avec en bonus un petit baiser langoureux. Là, on commence à prendre confiance et on se dit : « la prochaine fois, on franchit le pas ».

Rendez-vous est donc pris dans un décor romantique .Tout est parfait pour avouer notre coup de foudre au gars afin que la relation s’officialise après cette soirée. Et qu’on prouve à tous qu’on a été capable de remplacer l’autre.

La barre transversale

Quand, soudain, le gars se décide de parler. « Ma chérie, tu es  belle, tu es douce, tu es sexy. Tu as tout ce dont un homme pourrait rêver. Je dois t’avouer quelque chose… ». À ce moment-là, tu sens monter la pression. Sûrement qu’il va t’avouer son amour.

Le gars se replace, prends ta main, te bisoute et te lance : « Je n’aime pas les femmes. J’aime les hommes. Je suis  homosexuel ». Quoi ??? Sérieux ??? Et là, tu vois ton rêve d’être  en couple s’ébranler. Eeeh Dieu… Mais, quel gâchis ! Un vrai garçon comme çà ?!?!

Le gars, comme si ce n’était pas assez, te dit qu’il souhaite t’avoir comme mère-porteuse et qu’il te donnera tout ce que tu veux.

Toute déçue, tu te lèves et tu pars en pleurs… « J’ai encore tapé poteau ». Eeeehhh… Affaire de goumin goumin !

Comments

comments

A propos de l'auteur

Bénédicte Kouakou ou encore « Ahou LAfricaine », est une jeune fille simple, extravertie qui ne sait pas garder sa langue dans sa poche et qui est avant tout diplômé et qui a obtenu une maîtrise en droit judiciaire à l’Université Catholique de L’Afrique de l’Ouest (UCAO). Ahou défend les droits des femmes, car il lui est difficile de cautionner l’injustice faite aux femmes. Pour elle, militer pour la cause des femmes est essentielle, car naître un 08 mars n’est pas anodin. C’est un signe. Ahou est également passionné de musique et de mode.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.